Actualité

Macky sans concession : «Psychose» d’un dernier mandat

Dans le cadre de son dernier mandat successif à la tête du Sénégal, Macky Sall reste inflexible dans la prise de ses décisions. Contre vent et marrées, le chef de l’Etat ne compte reculer d’un iota. La suppression à la va vite du poste de Pm et sa réponse sèche de refuser d’augmenter les salaires des fonctionnaires en sont les parfaites illustrations.

…Sans concession

 Macky Sall sans concession ! Oui sans concession. Il ne compte refuler devant rien pour dit-il venir à bout des aspirations des populations, telles les promesses prises lors de la dernière campagne électorale en direction de la Présidentielle du 24 février dernier.

Lors de sa rencontre avec les centrales syndicales en marge de la célébration de la journée du 1er mai 2019, le président de la République, Macky Sall, a dit ses quatre vérités aux syndicalistes. Il leur a notamment fait savoir dans un ton on ne peut plus ferme qu’il ne compte pas augmenter les salaires.

«Nous n’avons pas les moyens d’augmenter les salaires. Nous ne le feront pas, il faut que ça soit très clair. Nous pouvons discuter des aménagements. Nous avons la volonté sociale, mais on ne peut pas envisager l’augmentation des salaires maintenant. Ce n’est pas possible».

Une première au Sénégal, depuis que les cahiers de doléances sont remis au chef de l’Etat. Chose qui a mis les syndicalistes dans leur état. Dans une colère noire, au point qu’ils ont déclaré la «guerre» au président Sall.   

 …Un projet de loi qui fait jaser

 Aussi bien, au niveau de l’opposition, celui de certains secteurs de la société civile, on rue sur les brancards sur le bien-fondé de la suppression à la va vite du poste de Premier ministre.

Qu’on le dise ou non, ce projet du Chef de l’Etat désarçonne du côté de ses adversaires politiques, de même du côté de son camp politique.

Le Président Macky Sall le sait mieux que quiconque, à moins de faire un forcing en 2024 pour se présenter à nouveau devant les électeurs, ce qui serait d’ailleurs suicidaire pour lui, il lui faudra désigner quelqu’un de sûr capable de rallier le suffrage des Sénégalais et qui pourra bien garder ses arrières.

L’opposition contre lui barrer la route, mais force est de constater que le chef de l’Etat, ne compte pas reculer contre vents et marrées.

…Les députés de l’opposition comptent « bloquer » la loi

Les députés de l’opposition, membres du groupe parlementaire «Liberté et démocratie», sont en train de peaufiner une stratégie pour «bloquer» le vote du projet de loi portant révision constitutionnelle qui devrait être soumis à l’Assemblée nationale, demain samedi 4 mai, pour adoption.

D’après une source parlementaire appartenant à ce groupe, deux réunions sont déjà tenues en prélude au vote de ce texte législatif supprimant le poste de Premier ministre.

« Nous nous sommes réunis à deux reprises pour voir les stratégies à mettre en œuvre pour bloquer le projet de loi. Nous avons préparé des arguments solides pour convaincre l’assistance, le jour du vote», révèle notre interlocuteur qui informe d’ailleurs que certains députés avaient été enrôlés.

«On était même parvenus convaincre plus de 20 députés de la majorité, mais ils ont finalement été convoqués au palais par le Président qui leur a remis une enveloppe d’un millions et des billets pour la Mecque en leur promettant également d’augmenter leur mandat », dit-il, précisant que « si c’était un vote secret, la loi n’allait pas passer».

Toutefois, ce député de l’opposition soutient que ses collègues et lui ne vont pas baisser les bras face à la majorité parlementaire.

« En tant que républicains, nous allons faire tout ce qu’on peut pour que le texte ne soit pas voté. Nous allons montrer au peuple que nous sommes de son côté », a-t-il juré.

 …Les activistes appellent à une manifestation devant l’assemblée nationale

  Cellule Orientation et Stratégie (C.O.S/M23), Forces Démocratiques du Sénégal FRAPP, France Dégage, One Million March, Vision Citoyenne BUUR BU DUL BUUR DAFA DOY se donne rendez-vous devant l’assemblée nationale pour empêcher la tenue de la suppression du poste de Pm.

Ils déclarent :

«Le projet de révisions constitutionnelles du président Macky Sall révèle de jour en jour les dangers et pièges immenses pour la démocratie et la paix dans notre pays.

Nous, Cellule Orientation et Stratégie (C.O.S/M23), One Million March, Forces Démocratiques du Sénégal, Vision Citoyenne, et FRAPP France Dégage, continuons à dénoncer énergiquement le projet de révisions constitutionnelles du président Macky Sall. Ce projet nous le rejetons car il est moralement indigne, politiquement indigeste et démocratiquement indigent.

C’est pourquoi nous, Cellule Orientation et Stratégie (C.O.S/M23), One Million March, Forces Démocratiques du Sénégal, Vision Citoyenne, et FRAPP France Dégage, informons l’opinion publique nationale et internationale du dépôt depuis le 29 avril 2019 d’une lettre informant le préfet de Dakar de la manifestation que nous comptons organiser le samedi 04 mai 2019 devant l’assemblée nationale à partir de 09 heures. Aujourd’hui jeudi 02 mai, la police du Plateau a procédé à l’enquête de routine. Nous attendons l’arrêté préfectoral.

Nous appelons tous les démocrates, tous les progressistes, tous les dignes fils et filles du Sénégal à se mobiliser devant l’assemblée nationale dès 09 heures le 04 mai mais aussi partout ailleurs au Sénégal et dans la diaspora pour dire NON», ont-ils déclarés.

Senegal7

Merci de liker et de partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six − 4 =