À la Une Actualité

L’AIBD a testé son plan d’urgence antiterrorisme

Le scénario d’une attaque terroriste terrible était au cœur d’un test du plan d’urgence de l’aéroport en tant qu’outil de planification conjoncturel.

Selon un communiqué, il s’agissait d’un entrainement visant à évaluer les capacités de réponses à diverses crises qui peuvent survenir lors de l’exploitation aéroportuaire après deux ans de fonctionnement.

Pour les quelques séquences du scénario c’est un vol d’Air Sénégal HC300A en partance pour Bamako avec à son bord 48 passagers qui a décollé à 8h 30 ce jeudi.

Cinq minutes plus tard l’équipage déclare à la tour de contrôle, une panne de moteur et dix minutes après un début d’incendie. C’est retour au point de départ pour une évacuation rapide. Les toboggans sont déployés, les passagers évacués. Mais c’est la panique avec des blessés. Les familles apprennent la nouvelle via les réseaux sociaux, viennent assaillir l’aérogare.

Dans la panique générale, des terroristes font des attaques au niveau de l’aéroport notamment un bus transportant des touristes, stationné au Départ comme le local qui abrite la centrale électrique de l’aéroport. Mais au finish, les terroristes sont maîtrisés et tous les blessés pris en charge par le dispositif médical.

Face aux journalistes qui ont été éloignés du terrain des opérations et confinés à la salle de presse, des autorités ont expliqué les premières appréciations avant le débriefing des organisateurs.

Pour le directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM), Magueye Marame Ndao « cela entre en droit ligne du respect de la réglementation de l’aviation civile internationale.

C’est une manière pour toutes les parties prenantes de s’exercer pour tester les dispositifs  du plan d’urgence de l’aéroport du point de vue technique et des ressources humaines ».

C’est ensuite au tour du gestionnaire de prendre le relais devant la presse pour dire que « l’aéroport a les ressources et le matériel nécessaires mais il faut s’entraîner pour être prêt à gérer un accident, une crise ».

Xavier Mary relève aussi «  la générosité d’Air Sénégal pour la mise à disposition d’un appareil avec l’équipage pour être beaucoup plus prés de la réalité ».

D’ailleurs pour la compagnie nationale, son directeur de l’Exploitation a souligné qu’il est important de s’assurer qu’on opère dans un aéroport qui peut nous assister en cas d’urgence.

Le commandant Cheikh Seck a dit sa satisfaction tout en précisant qu’il y a toujours des imprévus comme le brouillard de ce jeudi matin qui a décalé l’heure de démarrage de l’exercice.

Le journal de Dakar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + dix-sept =